Fruits,  Ingrédients

L’amandier : symbolisme et vertus d’un arbre millénaire

Symbole d’imprudence, en raison de la précocité de sa floraison, l’amandier nourrit l’imagination depuis l’Antiquité. Un arbre onirique dont les fruits sont souvent associés à la part divine de l’Homme chez les mystiques. Entre légendes, pouvoirs magiques, et réalité, l’amandier restera, longtemps encore, l’arbre de toutes les fantaisies…

Un arbre divin

Jamais aucun arbre n’a suscité autant de passions. Et pour cause ! L’amandier est cité dans plusieurs passages bibliques : offrande de Jacob à pharaon, bâton d’Aaron qui se changea en branche d’amandier en fleur aux beaux fruits… tant et si bien que juifs et chrétiens le considèrent, ainsi que ses fruits, comme l’annonce d’une vie nouvelle pour les premiers ; la Réalité cachée sous les apparences et la virginité de la vierge Marie – en référence au voile complètement blanc des rameaux lors de la floraison – pour les seconds.

Dans la mythologie grecque

Quant aux Grecs, leur mythologie parle d’une princesse morte de chagrin pour Acamas, son bien-aimé, et que la déesse Héra transforma en amandier. À son retour de guerre, Acamas embrassa le tronc de l’arbre qui se mit à fleurir. Chez les Anciens, il était également coutume de dire qu’une femme amoureuse s’endormant sous un amandier pouvait se réveiller au matin, en attente d’un heureux événement…

Les origines de l’amandier

Autant de symboles et de légendes pour cet arbre qui appartient à la famille des Rosaceae, à l’instar du prunier, du pommier, et plus généralement de tout arbre aux fruits contenant des noyaux. L’amandier – ou prunus dulcis – est originaire des plateaux et des montagnes de l’Asie occidentale. Cultivé depuis plus de 5 000 ans en Iran, il fut introduit en Égypte par les Hébreux, et en Italie dès l’ère romaine par les Grecs. Plus tard, il sera diffusé dans tout le bassin méditerranéen par les Arabes, pères du massepain – pâte d’amande à la base de moult gâteaux et nougats.

L’amandier au Maroc

Deuxième espèce fruitière cultivée au Maroc, après l’olivier, sa plasticité et sa capacité d’adaptation aux conditions pédoclimatiques les plus contrastées ont fait de lui un arbre de prédilection pour les régions au relief accidenté. En effet, en dehors d’un sol profond et perméable, l’amandier est un arbre peu exigeant, s’accommodant même des sols légèrement salés et des sols calcaires, dans lesquels il se plaît particulièrement.

Culture de l’amandier

Sa culture y est tantôt traditionnelle – régions du Rif, Pré-Rif, Moyen et Haut-Atlas et Vallée de Drâa –, tantôt semi-intensive – dans les plaines, notamment dans les régions de Fès, Meknès et Marrakech. Et on le multiplie par semis ou greffes. Pouvant mesurer de 6 à 12 mètres, la durée de vie d’un amandier dépasse souvent les cent ans. Mais, la plus grande originalité l’amandier est qu’il est le premier arbre à fleurir à la fin de l’hiver, vers fin février, alors même qu’il est très sensible au gel. Voilà pourquoi, ses jolies fleurs d’un blanc rosé, qui apparaissent avant les feuilles, sont associées à la fois à la douceur, mais aussi à l’imprudence et à l’étourderie. 

Une fête traditionnelle

À cette occasion, Tafraout, petit village niché à 1 200 m d’altitude, dans un écrin naturel de granit rose époustouflant, en plein cœur d’une vallée de l’Anti-Atlas, se réveille de sa torpeur hivernale. Blotti autour de sa mosquée, le hameau assiste à la floraison éphémère de l’amandier. L’heure de la fête a sonné…

Chants et danses animent rapidement ce paisible village qui accueille également le traditionnel Festival des amandiers. Bien avant la récolte, qui se déroule à la fin de l’été, on fête l’arbre et son fruit très recherché pour ses qualités à la fois gustatives et médicinales : l’amande. Elle se décline en deux arômes : amer ou doux. Si l’amande amère est une variété toxique, l’amande douce, au contraire, ravit les papilles. Enveloppée dans une écale peu épaisse, d’un vert duveteux, elle renferme ses secrets jusqu’à sa cueillette…

Usages et variétés d’amandes

Pour chaque variété d’amandes, une utilisation différente : l’Abiod orne les confiseries destinées aux noces ; la Marcona – au goût légèrement amer – est considérée comme l’une des meilleures amandes ; la Nec plus Ultra, d’origine californienne, est absolument exquise lorsqu’elle est dégustée fraîche ; la Ferraduel – appréciée pour sa forme plate et son arrière-goût sucré – est utilisée dans la confection des dragées ; enfin l’amandon de la Fournat de Brezenaud est très recherché en pâtisserie…Autant de douceurs culinaires sucrées qui trouvent leurs pendants dans des mets fins et délicats tels que les tajines d’agneau aux amandes et raisins secs, le poulet aux amandes, la pastilla…

Les bienfaits de l’amande

Riches en protéines de haute qualité – 19 GR de protéines par 100 GR –, des recherches en nutrition récentes affirment même que le simple fait de consommer des amandes, au moins cinq fois par semaine, réduit de 50 % le risque cardio-vasculaire, et de 25 % si l’on en mange au moins une fois par semaine (comparé à des sujets qui en consomment moins ou pas du tout). Championne en vitamines E, en lipides, elle est à la fois antistress et énergétique. Elle contribue, notamment, à prévenir l’ostéoporose, l’obésité – en favorisant la diminution du « mauvais cholestérol » –, permet de rétablir la vitalité des personnes qui souffrent de dénutrition ou offre une alternative sûre aux personnes allergiques à certains aliments (gluten, lactose…). Par ailleurs, riche en protéines et en vitamines A et B, l’huile d’amande est bénéfique pour la croissance, la constipation et les convalescences. De plus, elle lutte contre les vers intestinaux et adoucit les inflammations des voies digestives. Autant de bonnes raisons pour consommer de bons mets, typiquement marocains…Sans compter ses nombreux bienfaits sur la peau qu’elle hydrate autant que l’huile d’argan. Adoucissante et nourrissante, elle prévient le dessèchement de la peau et soulage les brûlures très légères et les dermatoses. 

On comprend mieux alors l’engouement de l’industrie cosmétique pour ce tout-en-un !

Laisser un commentaire